Pour des listes ‘Sud-Ouest’ aux élections européennes

220px-franceeurocirconscriptions-2-svg élections européennes, euro-circonscriptions 2004 à 2019

Le redécoupage/assemblage récent des régions  a entrainé des modifications majeures de limites régionales, pour les élections régionales 2015 ; dans le Sud-Ouest,

. Fusion des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, d’où résulte la néo-région « Occitanie (Pyrénées-Méditerranée) »

. Fusion des régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes, d’où résulte la néo-région « Nouvelle-Aquitaine »

Une autre conséquence probable est le changement des euro-circonscriptions (multi-régionales) pour les élections européennes 2019, car l’euro-circonscription ‘Sud-Ouest’ était formée de trois régions antérieurement (Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon) sans Poitou-Charentes ni Limousin. En fait, le gouvernement annonce maintenant le retour à des listes nationales.

On avance que la plupart des pays européens ont des listes nationales aux élections européennes ; mais sept pays de l’UE ont entre 8 et 12 millions habitants ; seulement cinq plus de 40 millions ; treize moins de 7 millions d’habitants. Or, 8 à 12 millions d’habitants, c’est déjà la taille des euro-circonscriptions françaises actuelles !

 

Euro-circonscriptions multi-régionales

La France a 67 millions d’habitants. Pour maintenir 6 (ou 7 avec outre-mer) circonscriptions aux élections européennes, on peut modifier autrement les euro-circonscriptions en tenant compte du ré-assemblage régional de 2015 :

Les euro-circonscriptions ‘Nord-Ouest‘ (néo-régions Hauts-de-France & Normandie) et ‘Est‘ (néo-régions Grand Est & Bourgogne-Franche-Comté) peuvent rester inchangées après cette réforme régionale, ‘Île-de-France‘ (et ‘Outre-mer‘, à regrouper ou non) aussi ; l’ex euro-circonscription ‘Massif central-Centre‘ peut être divisée et répartie aisément : Limousin avec ‘Sud-Ouest‘ (inclut ex-Aquitaine et « Occitanie »), région Centre-Val de Loire avec ‘Ouest‘, Auvergne avec ‘Sud-Est‘ (inclut ex-Rhône-Alpes et Provence).

Il ne reste que l’ex-région Poitou-Charentes, à diviser en deux ? Une évidence géographique s’impose, la néo-région « Nouvelle-Aquitaine » s’étire trop du nord au sud, sur plus de 400 km. Les Charentes sont tournées davantage vers Bordeaux, mais les Deux-Sèvres sont plus proches des Pays de Loire, avec Vendée, et Poitiers plus proche de Tours que de Bordeaux. Le même quotidien régional est d’ailleurs présent à Poitiers et Tours.

Pourquoi chaque région devrait-elle être incluse strictement dans une euro-circonscription ? Pourquoi pas une euro-circonscription ‘Sud-Ouest’ des Charentes (et Limousin) aux Pyrénées, en compagnie toujours de « Occitanie (Pyrénées-Méditerranée) » ? Pour garder un ancrage régional aux députés européens. Pour que tout ne se décide pas « à Paris ».

S’il faut faire coïncider strictement les limites des régions et euro-circonscriptions, autant rectifier les limites régionales, en passant par exemple le département des Deux-Sèvres (79) en région Pays-de-Loire, et celui de la Vienne (86) en région Centre-Val-de-Loire : Niort (79) est plus proche de Nantes (150 km) que de Bordeaux (190 km), et Poitiers est bien plus proche de Tours (100 km) que de Bordeaux (230 km).